Biographie (6)

6 résultats affichés

Sort by:
  • img-book

    En 2003 au cours de ma première croisière en Arctique avec Catherine, plus précisément au Svalbard, la lecture du livre de Fridtjof Nansen relatant son épopée à bord du navire Fram et son périple avec Fredrik Hjalmar Johnansen vers le pôle Nord, nous fit découvrir un nouveau monde après celui des océans que nous connaissions en plongée sous-marine. 

    La lecture d’autres livres dont celui de l’expédition perdue de John Franklin parti à la recherche du passage du Nord-Ouest, celui relatant le drame du Karluk etc. m’incitèrent à en savoir plus sur ces hommes, ces femmes et leurs découvertes.

    Ce fut donc la révélation du blanc de la banquise, des glaciers après le bleu des océans et dès lors je cherchai à en savoir plus sur l’Arctique, toit du monde, sur les hommes qui en ont fait la découverte et ceux qui l’habitent depuis des temps immémoriaux.

    Comparer
    Biographies des découvreurs de l’arctique by: Jean-Pierre Cachard 18,00

    En 2003 au cours de ma première croisière en Arctique avec Catherine, plus précisément au Svalbard, la lecture du livre de Fridtjof Nansen relatant son épopée à bord du navire Fram et son périple avec Fredrik Hjalmar Johnansen vers le pôle Nord, nous fit découvrir un nouveau monde après celui des océans que nous connaissions en plongée sous-marine. 

    La lecture d’autres livres dont celui de l’expédition perdue de John Franklin parti à la recherche du passage du Nord-Ouest, celui relatant le drame du Karluk etc. m’incitèrent à en savoir plus sur ces hommes, ces femmes et leurs découvertes.

    Ce fut donc la révélation du blanc de la banquise, des glaciers après le bleu des océans et dès lors je cherchai à en savoir plus sur l’Arctique, toit du monde, sur les hommes qui en ont fait la découverte et ceux qui l’habitent depuis des temps immémoriaux.

    Ajouter au panier
  • img-book

    Le livre Découverte de l’Arctique Chronologie Historique Illustrée vous invite à partir sur les traces des hommes et femmes qui contribuèrent à la connaissance de l’Arctique.

    De 330 avant J-C (Pythéas) jusqu’à la moitié du XXe siècle vous découvrirez leurs expéditions, les unes couronnées de succès, d’autres tragiques à la recherche du pôle Nord, du passage du Nord-Ouest, des populations etc.

    Au travers des 500 expéditions illustrées de 860 photos les 600 explorateurs nous projettent au fil des années dans un monde polaire bien différent de celui que nous connaissons aujourd’hui, conséquence du changement climatique.

    Pourquoi ce livre ?

    En 2003 au cours de ma première croisière en Arctique avec Catherine, plus précisément au Svalbard, la lecture du livre de Fridtjof Nansen relatant son épopée à bord du Fram et son périple avec Fredrik Hjalmar Johnansen pour atteindre le pôle Nord nous fit découvrir un nouveau monde après celui des océans que nous connaissions en plongée sous-marine.

    La lecture d’autres livres dont celui de l’expédition perdue de John Franklin parti à la recherche du passage du Nord-Ouest, celui relatant le drame du Karluk etc., m’incitèrent à en savoir plus sur ces hommes, ces femmes et leurs découvertes.

    Ce fut la révélation du blanc de la banquise, des glaciers après le bleu des mers ; je cherchai alors à en savoir plus sur l’Arctique, toit du monde, sur les hommes qui en firent la découverte et ceux qui l’habitent depuis des temps immémoriaux.

    Comparer
    Découverte de l’Arctique – Chronologie historique illustrée by: Jean-Pierre Cachard 62,00

    Le livre Découverte de l’Arctique Chronologie Historique Illustrée vous invite à partir sur les traces des hommes et femmes qui contribuèrent à la connaissance de l’Arctique.

    De 330 avant J-C (Pythéas) jusqu’à la moitié du XXe siècle vous découvrirez leurs expéditions, les unes couronnées de succès, d’autres tragiques à la recherche du pôle Nord, du passage du Nord-Ouest, des populations etc.

    Au travers des 500 expéditions illustrées de 860 photos les 600 explorateurs nous projettent au fil des années dans un monde polaire bien différent de celui que nous connaissons aujourd’hui, conséquence du changement climatique.

    Pourquoi ce livre ?

    En 2003 au cours de ma première croisière en Arctique avec Catherine, plus précisément au Svalbard, la lecture du livre de Fridtjof Nansen relatant son épopée à bord du Fram et son périple avec Fredrik Hjalmar Johnansen pour atteindre le pôle Nord nous fit découvrir un nouveau monde après celui des océans que nous connaissions en plongée sous-marine.

    La lecture d’autres livres dont celui de l’expédition perdue de John Franklin parti à la recherche du passage du Nord-Ouest, celui relatant le drame du Karluk etc., m’incitèrent à en savoir plus sur ces hommes, ces femmes et leurs découvertes.

    Ce fut la révélation du blanc de la banquise, des glaciers après le bleu des mers ; je cherchai alors à en savoir plus sur l’Arctique, toit du monde, sur les hommes qui en firent la découverte et ceux qui l’habitent depuis des temps immémoriaux.

    Ajouter au panier
  • img-book

    « Il faut parfois une séparation définitive pour que la vie bascule.

    Cet abandon ressenti, cette solitude absolue ont eu raison de bien des certitudes du jeune homme d’alors, engagé du contingent en Algérie, en juillet 1962.

    Une seule issue : aller de l’avant, dépasser cette douleur inextinguible, dévastatrice.

    Ce livre relate une vie faite de désespoirs, d’espoirs, émouvante, nourrie de résiliences.

    Jamais la révolte n’a quitté cet homme, qui a grandi à Belleville. Tour à tour ouvrier, syndicaliste, en charge des services sociaux à EDF, engagé en politique pour le parti socialiste à Montreuil, puis enfin maire de Saint-Sébastien en Creuse pendant 19 ans. C’est un homme qui a multiplié les engagements.

    Lire ce livre, c’est embarquer dans une aventure particulière.

    Lire ce livre, c’est faire le pari d’être amené à connaître nombre d’émotions qui raisonnent dans nos vies meurtries, parfois bien cabossées.

    Un écrit biographique, poignant : Au reste, les mots sont nos vies ».

    Comparer
    Ne jamais oublier d’où l’on vient by: Jean-Claude CARPENTIER 17,00

    « Il faut parfois une séparation définitive pour que la vie bascule.

    Cet abandon ressenti, cette solitude absolue ont eu raison de bien des certitudes du jeune homme d’alors, engagé du contingent en Algérie, en juillet 1962.

    Une seule issue : aller de l’avant, dépasser cette douleur inextinguible, dévastatrice.

    Ce livre relate une vie faite de désespoirs, d’espoirs, émouvante, nourrie de résiliences.

    Jamais la révolte n’a quitté cet homme, qui a grandi à Belleville. Tour à tour ouvrier, syndicaliste, en charge des services sociaux à EDF, engagé en politique pour le parti socialiste à Montreuil, puis enfin maire de Saint-Sébastien en Creuse pendant 19 ans. C’est un homme qui a multiplié les engagements.

    Lire ce livre, c’est embarquer dans une aventure particulière.

    Lire ce livre, c’est faire le pari d’être amené à connaître nombre d’émotions qui raisonnent dans nos vies meurtries, parfois bien cabossées.

    Un écrit biographique, poignant : Au reste, les mots sont nos vies ».

    Ajouter au panier
  • img-book

    Angela Merkel est un personnage de roman, elle dirige son pays depuis une génération déjà. Tout au long de sa vie, marquée par l’histoire, celle de la guerre, du communisme, de la partition et de la réunification de l’Allemagne, elle a dû franchir de nombreux obstacles avec une sérénité et une obstination hors du commun.
    Il faut rendre hommage à une femme estimable, une femme de convictions dont l’empreinte restera pour longtemps dans les mémoires, une boussole morale pour l’Europe titrera le journal suisse Le Temps le 25 décembre 2020.
    Helmut Kohl l’avait surnommée “Das Mädchen”, la jeune fille, la gamine, la jeune Ossie qui a marqué le début du XXIe siècle allemand et européen. Elle est à la fois la chancelière de l’arrêt du nucléaire, de la rigueur économique, de l’accueil des migrants, de la liberté et des valeurs démocratiques, du devoir de mémoire, de l’implication dans la difficile gestion de la pandémie. Le Liban, l’Afrique, le climat, les jeunes générations la passionnent, rien n’est fini, tout commence…

    « Surprise yourself with what is possible »
    Angela Merkel discours à Harvard USA mai 2019.

    Comparer
    Das Mädchen by: Marie-Christine Giordano 22,00

    Angela Merkel est un personnage de roman, elle dirige son pays depuis une génération déjà. Tout au long de sa vie, marquée par l’histoire, celle de la guerre, du communisme, de la partition et de la réunification de l’Allemagne, elle a dû franchir de nombreux obstacles avec une sérénité et une obstination hors du commun.
    Il faut rendre hommage à une femme estimable, une femme de convictions dont l’empreinte restera pour longtemps dans les mémoires, une boussole morale pour l’Europe titrera le journal suisse Le Temps le 25 décembre 2020.
    Helmut Kohl l’avait surnommée “Das Mädchen”, la jeune fille, la gamine, la jeune Ossie qui a marqué le début du XXIe siècle allemand et européen. Elle est à la fois la chancelière de l’arrêt du nucléaire, de la rigueur économique, de l’accueil des migrants, de la liberté et des valeurs démocratiques, du devoir de mémoire, de l’implication dans la difficile gestion de la pandémie. Le Liban, l’Afrique, le climat, les jeunes générations la passionnent, rien n’est fini, tout commence…

    « Surprise yourself with what is possible »
    Angela Merkel discours à Harvard USA mai 2019.

    Ajouter au panier
  • img-book

    “S’il existait un concours Lépine du tourisme, il faudrait le décerner à Pierre Shasmoukine, artiste multicarte, fondateur d’un village imaginé de toutes pièces près de Sarlat. Le domaine de 2 hectares sur lequel il est installé n’a rien d’une illusion d’optique : 8 galeries d’art, des parcours lumineux, plus de 500 œuvres à contempler, des ateliers, des artistes en résidence et des hébergements atypiques y ont pris place. Armé de ses deux bras, Pierre Shasmoukine a tout fait lui-même. L’affaire lui aura pris une quarantaine d’années. À ce stade, on peut dire que rien ne lui est étranger. C’est un touche-à-tout génial, inénarrable et sans doute ingérable, mais qui gagne à être connu. Tour à tour peintre, poète, sculpteur, animateur « transsocial », tantôt agriculteur, tantôt « anarchitecte », et pourquoi pas les deux en même temps, il crée en 1978 la première ONG sur ce qu’on n’appelait pas encore le développement durable. En 84, ouverture au public de la première galerie au public en espace rural, prélude à toute une série d’événements, folies plastiques, sculptures géantes cinétiques et luminescentes.”

    Journaliste Denise Cabelli – Locations insolites.

    Egalement disponible en livre relié

    Comparer
    GORODKA (EPUB) by: Catherine MORDIN, Pierre Shasmoukine, 12,00

    “S’il existait un concours Lépine du tourisme, il faudrait le décerner à Pierre Shasmoukine, artiste multicarte, fondateur d’un village imaginé de toutes pièces près de Sarlat. Le domaine de 2 hectares sur lequel il est installé n’a rien d’une illusion d’optique : 8 galeries d’art, des parcours lumineux, plus de 500 œuvres à contempler, des ateliers, des artistes en résidence et des hébergements atypiques y ont pris place. Armé de ses deux bras, Pierre Shasmoukine a tout fait lui-même. L’affaire lui aura pris une quarantaine d’années. À ce stade, on peut dire que rien ne lui est étranger. C’est un touche-à-tout génial, inénarrable et sans doute ingérable, mais qui gagne à être connu. Tour à tour peintre, poète, sculpteur, animateur « transsocial », tantôt agriculteur, tantôt « anarchitecte », et pourquoi pas les deux en même temps, il crée en 1978 la première ONG sur ce qu’on n’appelait pas encore le développement durable. En 84, ouverture au public de la première galerie au public en espace rural, prélude à toute une série d’événements, folies plastiques, sculptures géantes cinétiques et luminescentes.”

    Journaliste Denise Cabelli – Locations insolites.

    Egalement disponible en livre relié

    Ajouter au panier
  • img-book

    “S’il existait un concours Lépine du tourisme, il faudrait le décerner à Pierre Shasmoukine, artiste multicarte, fondateur d’un village imaginé de toutes pièces près de Sarlat. Le domaine de 2 hectares sur lequel il est installé n’a rien d’une illusion d’optique : 8 galeries d’art, des parcours lumineux, plus de 500 œuvres à contempler, des ateliers, des artistes en résidence et des hébergements atypiques y ont pris place. Armé de ses deux bras, Pierre Shasmoukine a tout fait lui-même. L’affaire lui aura pris une quarantaine d’années. À ce stade, on peut dire que rien ne lui est étranger. C’est un touche-à-tout génial, inénarrable et sans doute ingérable, mais qui gagne à être connu. Tour à tour peintre, poète, sculpteur, animateur « transsocial », tantôt agriculteur, tantôt « anarchitecte », et pourquoi pas les deux en même temps, il crée en 1978 la première ONG sur ce qu’on n’appelait pas encore le développement durable. En 84, ouverture au public de la première galerie au public en espace rural, prélude à toute une série d’événements, folies plastiques, sculptures géantes cinétiques et luminescentes.”

    Journaliste Denise Cabelli – Locations insolites.

    Egalement disponible en téléchargement

    Comparer
    GORODKA by: Catherine MORDIN, Pierre Shasmoukine, 20,00

    “S’il existait un concours Lépine du tourisme, il faudrait le décerner à Pierre Shasmoukine, artiste multicarte, fondateur d’un village imaginé de toutes pièces près de Sarlat. Le domaine de 2 hectares sur lequel il est installé n’a rien d’une illusion d’optique : 8 galeries d’art, des parcours lumineux, plus de 500 œuvres à contempler, des ateliers, des artistes en résidence et des hébergements atypiques y ont pris place. Armé de ses deux bras, Pierre Shasmoukine a tout fait lui-même. L’affaire lui aura pris une quarantaine d’années. À ce stade, on peut dire que rien ne lui est étranger. C’est un touche-à-tout génial, inénarrable et sans doute ingérable, mais qui gagne à être connu. Tour à tour peintre, poète, sculpteur, animateur « transsocial », tantôt agriculteur, tantôt « anarchitecte », et pourquoi pas les deux en même temps, il crée en 1978 la première ONG sur ce qu’on n’appelait pas encore le développement durable. En 84, ouverture au public de la première galerie au public en espace rural, prélude à toute une série d’événements, folies plastiques, sculptures géantes cinétiques et luminescentes.”

    Journaliste Denise Cabelli – Locations insolites.

    Egalement disponible en téléchargement

    Ajouter au panier